Châle Leyana : Marie-Amélie et Charline se livrent à vous !

Message d'erreur

You may not view this site from your current location.

Qui se cache derrière le projet Leyana ?

Leyana est un patron de châle créé par Marie Amelie Designs en partenariat avec Madlaine. Après plusieurs mois d'échange et de travail, il se révèle enfin au monde aujourd'hui.
Cette longue période de travail a notamment permis à une troisième partenaire de se greffer au projet en imaginant une illustration originale qui se décline sur une magnifique trousse à projet

Et si on vous en disait plus sur Marie-Amélie, la talentueuse créatrice de patron tricot et Charline Mzd, illustratrice free-lance ?

 

Les origines du nom "Leyana"


Le nom du châle vient de l’univers végétal. Il n’y a pas de lien direct entre la plante qui a servi pour le nom (Sorbus Leyana) et sa construction mais la délicatesse du châle a orienté le choix vers un nom avec des consonances féminines. Le corps du châle est simple, à base de point mousse avec quelques rangs texturés. La dentelle de la bordure, volontairement légère pour l’été, présente des jours discrets. Cette simplicité et cette délicatesse vont de pair avec la douceur du prénom Leyana, féminin et élégant. Pour réaliser ce modèle, Marie-Amélie a choisir des fils somptueux à base de mérinos et de soie de Tôt Le Matin Yarns. Le modèle original est donc tricoté en TOT Single Silk coloris Rosemonde.


Pour ce portrait croisé, Madlaine a demandé à Marie-Amélie et Charline de s'exprimer sur plusieurs questions tout en essayant de s'identifier à des personnages féminins réels ou imaginaires. Les réponses sont succulentes tout comme les personnages desquels elles se sentent les plus proches !


M : Qui es-tu ? D'où viens-tu ?

Je suis Marie-Amélie, une créatrice de patrons de tricot de 34 ans, maman de 4 enfants, vivant en région parisienne.
Je suis originaire de Lyon et de Provence mais j’ai habité un peu partout en France quand j’étais enfant pour suivre mon papa qui était souvent muté pour son travail.

 

Je m'appelle Charline, j'ai 26 ans, maman, étudiante et toute jeune illustratrice.
Je suis originaire de Charente mais je vis actuellement en Mayenne, à Laval avec ma petite famille. 

 

Et sinon, dans la vie tu es plutôt :

  • Meg March : Aimable, douce, pondérée, exemplaire
  • Jo March : Impétueuse, audacieuse, courageuse, garçon manqué
  • Beth March : Timide, renfermée, altruiste, sensible  
  • Amy March : Dramatique, gracieuse, passionnée, un brin égoïste

M : Créatrice, un métier à temps plein: est-ce une vocation de toujours ou une reconversion ? Qu’est-ce que tu préfères dans cette activité ? Quelle est la partie moins drôle ?

M-A : Ça a été une reconversion après 5 ans à travailler dans la banque. J’aime le fait de gérer le processus de A à Z, de l’inspiration à la commercialisation de mes patrons. J’apprécie également énormément la relation avec la communauté tricot et avec mes merveilleuses clientes. La partie la moins drôle ? Le fait de travailler seule sans doute, mais depuis quelques mois j’ai rejoint une coopérative d’activités et d’emploi dans laquelle j’ai fait la connaissance de plein d’entrepreneurs et artisans. 
C : J'ai toujours été en admiration devant les personnes qui dessinent. Alors au collège, je me suis mise à dessiner, beaucoup ... Après mon bac j'ai suivi des études scientifiques, le dessin n'était alors qu'un passe temps (sur le coin d'une feuille pendant un cours pas très passionnant). Je suis ensuite devenue maman et j'ai donc tout arrêté pour m'occuper de mes enfants à plein temps. Je me suis remise à dessiner fin 2018. Je ne pensais vraiment pas me déclarer puisque je viens de reprendre mes études à la fac (licence d'histoire). Puis, les premières commandes sont arrivées, ma famille m'a alors poussé à me lancer. Charline Mzd Illustration est donc né ! Ce que je préfère ? Voir une idée que j'ai en tête se concrétiser sur le papier. Le processus de création, comme tout créatif je pense. Notre travail est avant tout une passion. Ce que j'aime le moins ? La paperasse d'une illustratrice free-lance: l'administratif, les déclarations... 

Tu te sens plus proche de : 

  • Séraphine de Senlis: Autodidacte, sans formation ni maître à penser, avec un besoin impérieux de création
  • Camille Claudel: Une passion, des aptitudes, de bons mentors


M : Le travail au quotidien: as-tu des routines ? Comment s’organisent tes journées ?

M-A : Pas de routine, sauf celle de boire beaucoup de cafés. Plus sérieusement, ma vie de créatrice est rythmée par les contraintes de la vie de maman d’une tribu de 4 enfants. Heureusement, avec l’école et le centre de loisirs, j’arrive à avoir un temps de travail suffisamment important dans la journée. Aucune journée ne se ressemble mais j’essaie de faire tout ce qui est plus contraignant et moins fun le matin, moment où j’ai plus de volonté pour rester sur mon ordi et réserver les moments de tricot plutôt à l’après-midi et au soir. 
C : En ce qui concerne le dessin, je n'ai pas vraiment de routine. Quand à l'organisation je n'en ai pas vraiment non plus. Je n'aime pas me sentir coincé dans des horaires. Mis à part mon travail pour la fac que je m'impose tous les jours quand mon grand est à l'école et que le petit dort (je suis étudiante à distance), en ce qui concerne mes dessins, ça peut être dès le réveil si j'ai une idée ; ça peut être le soir jusqu'à tard (tant que je n'ai pas obtenu ce que je veux), quand je mange ... Bref, ma tablette ou mon crayon ne sont jamais loin. Je griffonne partout et tout le temps ! La description du portait de Phoebe Buffay me correspond en tout point.

Et sinon :

  • Plutôt Monica Geller: Ton bureau est toujours bien rangé, tu établis des listes pour ne rien oublier, ton organisation n’est plus à démontrer ! Le mot d’ordre est: organisation et efficacité !
  • Plutôt Phoebe Buffay: Tu es la reine de l’expérimentation, tu butines d’une tâche à l’autre au gré de ton envie du moment ! Ton esprit a besoin de désordre et de fantaisie pour être créatif !


M : Sources d’inspiration : y-a-t-il des mentors ou des artistes qui t’inspirent ? Où trouves-tu les idées pour tes créations ?

M-A : J’essaie de ne m’inspirer de personne en particulier dans mon travail mais il y a des créateurs dont j’admire l’univers et la façon de construire leur marque, comme Stephen West ou Ysolda Teague. Je trouve mes idées un peu partout, que ce soit quand je croise une personne avec un vêtement qui me plait, dans un motif vu dans de la déco, dans un point de tricot découvert en compulsant un dictionnaire de point … Je compile toutes ces idées dans l’attente de trouver le projet parfait pour mettre en valeur l’inspiration. Je dois avoir plusieurs dizaines d’idées de designs d’avance.
C : Je n'ai pas d'artiste ou de style de dessin particulier qui m'inspire. J'aime le dessin sous toutes ses formes. Je suis très critique sur mon travail, rarement satisfaite même si j'essaie de l'être un peu plus ; du coup, dès que je vois un dessin je suis vite en admiration. Ça peut aussi bien être de la BD que du réalisme ... Je vais alors étudier le dessin, l'observer sous toutes ses coutures afin de comprendre l'origine de chaque trait. Et alors, je vais m'entraîner, dessiner jusqu’à réussir ce que j'ai en tête. Quand j'étais au lycée j'ai découvert l'univers de Jean-Baptiste Monge. Alors, je m’entraînai à reproduire ses dessins, je pouvais y passer des heures. Aujourd'hui encore, j'ai le même processus. Quand j'entends des personnes demander « comment apprendre à dessiner ? » la seule réponse c'est : dessiner tous les jours et croyait moi vous y arriverez. 

Si tu devais imaginer une création à partir des choix suivants, quel personnage féminin t’inspirerait le plus:

  • Marilyn Monroe ou Audrey Hepburn
  • Amy Whinehouse ou Aretha Franklin
  • Mérida ou Vaiana


M : L’avenir: où te vois-tu dans 5 ans ? Quelles voies aimerais-tu explorer dans ton travail de créatrice ?

M-A : J’ai du mal à prédire l’avenir mais je peux te dire que j’ai des tas d’idées qui me trottent en tête et que je n’ose pas forcément explorer. Je me dis que les choses viendront en leur temps si je fais la bonne rencontre ou si l’envie devient plus forte que la trouille. En attendant, j’espère que « Woolez-Vous », le magazine que je vais lancer avec mes 2 associés sera un incontournable pour les tricoteuses. J’aimerais bien apprendre à tricoter à la machine. De façon plus générale, j’aimerais explorer les possibilités de faire produire en petite série des vêtements ou accessoires en maille à partir de mes designs.
C : Où je me vois dans 5 ans ? Bonne question ! Je ne me voyais déjà pas ici il y a 6 mois. Et sincèrement, je n'y pense pas trop. Je suis plutôt du genre à vivre au jour le jour. La vie réserve ses surprises et je les prends comme elles se présentent. Bien sûr j'ai des rêves comme voir mes illustrations dans un livre par exemple. J'adorerai travailler pour l'édition. Mais à côté de ça, si tout s'arrête demain je ne m'arrêterai pas de dessiner pour autant. On m'a dit « Maintenant que tu es illustratrice pourquoi tu continues ta licence ? » Déjà car elle me passionne, et aussi car on ne sait pas de quoi demain sera fait et si je dois un jour chercher un travail différent alors j'aurai le bagage pour faire quelque chose d'autre qui me passionne.

Le modèle féminin qui t'inspire ?
M-A : Je dirais Lisa Gachet, la fondatrice de « Make my Limonade » qui a su mêler avec beaucoup de goût le prêt à porter et le DIY avec ses patrons de couture.
C : C'est très dur de trouver une seule personne qui m'inspire ... De manière générale, j'admire les personnes qui foncent sans regarder derrière, sans avoir peur, les gens qui osent en somme ! J'aimerais être comme ça !  

Merci Marie-Amélie et Charline d'avoir satisfait notre curiosité et bonne continuation sur le chemin de la création à vous deux !

Vous aimez ces créatrices ? Retrouvez leurs autres créations: Marie Amelie Designs et Charlinz Mzd